Cahier 2012-02

Titre :Mesurer le bien-être social à partir de l’absence de privation. Une investigation empirique
Résumé :Le critère de Lorenz généralisé est largement utilisé pour effectuer des comparaisons de bien-être au sein et entre pays sur la base de leurs distributions de revenu. Des études expérimentales ont contesté cette manière de procéder en montrant que le principe des transferts, qui sous-tend le critère de Lorenz généralisé, ne rencontre pas dans le public le large consensus auquel les théoriciens auraient pu s’attendre. Nous proposons de remplacer le critère de Lorenz généralisé par le critère de non-privation introduit par S.R. Chakravarty (Keio Economic Studies 34 (1997), 17–32). Ce critère est moins exigeant que le critère de Lorenz généralisé car il s’appuie sur une version plus faible du principe des transferts et il est par conséquent plus à même d’être accepté par le public. Nous utilisons les distributions de revenus de 17 pays fournies par le Luxembourg Income Study pour évaluer empiriquement les capacités de discrimination des critères de Lorenz généralisé et de non-privation. Bien que le quasi-ordre de non-privation soit moins décisif que le critère de Lorenz généralisé, nous montrons qu’il engendre un classement des distributions pratiquement identique à celui qui résulte de l’application du critère de Lorenz généralisé.
Mot(s) clé :Transferts progressifs, Bien-être social, Inégalité, Privation
Title:The Absence of Deprivation as a Measure of Social Well-Being. An Empirical Investigation
Abstract:The generalised Lorenz criterion is widely used for making welfare comparisons within and across countries on the basis of their income distributions. Experimental studies have challenged this way of proceeding by showing that the principle of transfers, which underlies the generalised Lorenz criterion, does not meet with widespread agreement among the public that theorists would have expected. We propose to substitute the non-deprivation quasi-ordering introduced by S.R. Chakravarty (Keio Economic Studies 34 (1997), 17–32) for the generalised Lorenz criterion. This criterion is less demanding than the generalised Lorenz criterion as it builds on a weaker version of the principle of transfers and it is therefore more likely to be accepted by the public. We use income data from the Luxembourg Income Study for 17 countries in order to contrast the generalised Lorenz and the non-deprivation criteria. Although the non-deprivation quasi-ordering is less decisive than the generalised Lorenz criterion, it is shown that the former approximates the latter surprisingly well.
Keyword(s):Progressive Transfers, Social Welfare, Inequality, Deprivation
Auteur(s) :Patrick MOYES (GREThA, CNRS, UMR 5113), Brice MAGDALOU (CEREGMIA (EA 2440), Université des Antilles et de la Guyane)
JEL Class.:D30, D63

Télécharger le cahier

Retour à la liste des Cahier du GRETHA (2012)


© GREThA 1999-2017