Cahier 2011-06

Titre :Institutions, organisations et espace : les formes de la proximité
Résumé :L’opposition entre des acteurs hétérogènes, l’imposition d’arbitrages, le travail de mise en cohérence entre des intérêts a priori divergents sont des phénomènes sociaux qui conditionnent l’apparition des coordinations. Sans qu’ils soient ignorés ou niés, ces phénomènes d’ordre politique sont encore peu pris en compte dans une démarche proximiste qui privilégie une approche cognitive. L’objectif de ce travail est alors de proposer, au côté d’une vision cognitive, une lecture politique de la proximité. Pour ce faire, nous utilisons le concept d’institution, dont les liens avec la proximité sont explorés. Il apparaît que cette dernière est un fait institutionnel, qui se décline en proximités géographique et organisationnelle. La proximité géographique est ressource latente, seulement activée lorsqu’elle est articulée à une proximité organisationnelle. La proximité géographique vient renforcer ou limiter, selon qu’elle est souhaitée ou subie, une proximité organisationnelle. Cette dernière consiste pour des acteurs à intégrer la communauté cognitive, c’est-à-dire à accéder à la mémoire de l’organisation composée de règles et de routines, et à intégrer la communauté politique, c’est-à-dire à s’insérer dans la structure de pouvoir.
Mot(s) clé :proximités, institutions, dimension cognitive, dimension politique
Title:Institutions, organizations and space: forms of proximity
Abstract:Opposing heterogeneous agents, imposing choices, and making divergent interests compatible, are all political prerequisites for agent coordination. Although these political prerequisites are not entirely ignored in proximity literature, such literature does tend to insist, for the most part, on cognitive perspective: the biggest beneficial effect of proximity is that of facilitating knowledge-sharing between agents. The principal objective of this paper is to propose both political and cognitive conceptions of proximity. In order to do so, we use the concept of institution, to examine the relations between these concepts - proximity and institution. We obtain one principal result: proximity is an institutional fact, which itself divides up two sub-categories, organizational and geographical proximity. Organizational proximity refers to the cognitive and political coordination of agents. Geographical proximity between actors is a latent resource. This resource would only be activated if the agents share organizational proximity. This form of proximity means that actors integrate cognitive community, i.e. reach memory of organization made up of rules and routines, and integrate political community, i.e. take place in power structure.
Keyword(s):proximities, institutions, cognitive dimension, political dimension
Auteur(s) :Damien TALBOT (GREThA, CNRS, UMR 5113)
JEL Class.:B52, R39

Télécharger le cahier

Retour à la liste des Cahier du GRETHA (2011)


© GREThA 1999-2017