Cahier 2007-09

Titre :Les banques françaises à Hong-Kong (1860-1950s) : des challengers pour les banques britanniques ?
Résumé :L'expansion bancaire française en Asie du Sud-Est et chinoise s'est insérée dans les interstices laissés libres par les puissantes banques britanniques. Mais les intérêts bancaires et marchands français ont pris pied sur la place de Hong Kong parce qu'elle était insérée dans un réseau d'échanges avec l'Indochine qui connaissait une forte croissance au fur et à mesure de sa colonisation et de sa « mise en valeur ». Le développement des liens commerciaux entre la colonie et Hong Kong explique le renforcement des échanges de devises et de crédits entre les deux territoires, par le biais de la Banque de l'Indochine, représentante en Asie des intérêts bancaires français pour contenir la concurrence de Hsbc. Elle finance les flux commerciaux entre l'Asie et la France (soie, etc.), directement (par Lyon, Bordeaux et Paris) ou indirectement par sa succursale de Londres. Mais la succursale de Hong Kong devient aussi de plus en plus une tête de pont facilitant le développement d'affaires bancaires dans toute la Chine méridionale (Canton, etc.), ce qui fait d'elle un levier essentiel du dispositif bancaire français en Asie, aux côtés de la succursale de Shanghai.
Mot(s) clé :Impérialisme ; première mondialisation ; banque ; outre-mer ; négoce ; lettres de change ; Chine ; Hong Kong ; Canton
Title:French banks in Hong Kong (1860s-1950s): Challengers to British banks?
Abstract:French banking expansion in China and South-East Asia had to respect the powerful influence of British banks there. From the 1860s French merchant and banking interests had been involved in Hong Kong business because of the colonial developments in Indochina and the links between this area and the Hong Kong centre. The growth of commercial links between the colony and China favoured further integration of banking and currency exchanges with Hong Kong, through the Banque de l'Indochine corporation, competing with Hsbc. It was itself committed to finance Asian-French commercial flows (silk, etc.) directly (Lyon, Bordeaux, Paris) or indirectly (London branch) took part to banking links with France. But Hong Kong also became a bridgehead for Banque de l'Indochine into southern China (Canton, etc.) from the1890s up to the 1930s and, in parallel with the Shanghai branch, its branch there asserted itself as a part of French expansion in the Far-East.
Keyword(s):Imperialism, First Globalization; Bank; Overseas; China; Hong-Kong; Guangzhou
Auteur(s) :Hubert BONIN (GREThA)
JEL Class.:G20 ; N25

Télécharger le cahier

Retour à la liste des Cahier du GRETHA (2007)


© GREThA 1999-2017